TOURISM DE TIANJIN VOUS ACCUEILLE!
Bienvenue à Tianjin,une belle ville.
Musée, musée... comme tu as l'air délicieux !
2019-08-29 14:00:00 Auteur:Xiao Xiao Accès:french.people.cn

Avis aux gourmands ! A un peu plus de deux semaines de la Fête de la mi-automne, de nombreux musées mettent les bouchées doubles. Littéralement, puisque nombre d'entre eux s'apprêtent à proposer des spécialités aussi belles que bonnes, directement inspirées de leurs collections

Le Musée national de Chine a ainsi mis au point un « Gâteau Ruyi » avec pour motif principal le thème « Ruyi impérial de Qianlong », montrant en léger relief deux poissons-chats sautant dans l'eau, symboles d'une richesse chaque année plus grande. Mais si le « Gâteau Ruyi » a une forme très traditionnelle, ses saveurs sont elles très modernes : moka passionné, cheese-cake au chocolat noir, cranberry-prune rouge... bref, tout ce qu'il faut pour titiller les papilles gustatives et répondre aux penchants des jeunes en la matière.

Le Palais d'été a quant à lui lancé une boîte-cadeau de gâteaux de lune « Yihe Box ». L'inspiration de la conception vient de l'écran brodé du Guangdong aux oiseaux faisant face au phénix de la Salle du bonheur et de la longévité, où l'on voit six autres types d'oiseaux comme le phénix et la pie, du pavillon Foxiang (le Pavillon des Fragrances Bouddhiques), du pont à dix-sept arches et de six autres types de bâtiments, contenant des gâteaux à la lune traditionnels tels que ceux au jambon et aux cinq fruits secs, au jaune d'œuf et aux lotus, ou aux noix et jujubes rouges, des grands classiques.

A la Cité Interdite, le « Café du Coin » ou le « Restaurant de la Glacière», des créations « culinaro-culturelle » ont fait sensation et fait depuis leur ouverture les délices de ceux qui aiment à la fois le café, la bonne chère et l'art. Mais l'année dernière, la Cité Interdite a aussi produit des gâteaux de lune « Guicai Spécial Festival de la Mi-autome », sur le thème de la calligraphie dorée du peintre Zhao Duo, qui travailla à l'époque du règne de l'empereur Huizong de la dynastie Song, basé sur son poème « Lune de la mi-automne à Yan ». Et cette année, une boîte-cadeau de gâteaux de lune « Cadeau de mille souhaits pour le Festival de la mi-automne » a été discrètement proposée dans le magasin culturel phare du musée.

En fait, les musées de Chine ont travaillé dur sur ce genre de gros (et délicieux) projets.

Ainsi, dès 2014, le Musée de Suzhou a produit des biscuits à partir de sa collection de reliques culturelles, dont les plus populaires sont les biscuits en forme de bol en porcelaine parfumés au thé matcha. La même année, le musée Sanxingdui de Guanghan, dans le Sichuan, a également mis au point ses « Biscuits au masque de bronze », dont une seule bouchée donnait une étonnante et très confortable sensation de bronze.

Liao Fei, directeur du Centre culturel de la restauration du Musée national de Chine, travaille depuis 15 ans au musée et traité comme la prunelle des ses yeux de nombreuses reliques culturelles présentées dans les expositions permanentes. Mais depuis qu'il a commencé à créer des œuvres culturelles comestibles, dès qu'il voit des reliques culturelles, il se demande désormais « comment les manger ».

Ainsi, parmi les trésors les plus précieux du musée figure le célèbre «Zun carré à quatre chèvres », un vestige culturel spécial datant de plus de 3 000 ans et remontant à la dynastie Shang. Il lui est interdit de sortir de Chine, mais maintenant on peut au moins croquer dedans... le public peut en effet s'offrir un délicieux Zun en 3D en chocolat...

Selon Liao Fei, quels que soient les produits culturels, la connotation et l'âme qui leur sont données sont toujours de la culture. « Aujourd'hui, l'homogénéisation des produits culturels donne lieu à une concurrence féroce. Ce qui fait que le problème est de réussir à exposer leurs propres caractéristiques, transmettre le sens qu'ils expriment. C'est le sujet qui fait la compétition ».

Parmi les « délices culturels » les plus opportuns de cet été figure probablement l'étonnante crème glacée au lotus du Yuanmingyuan, le Vieux Palais d'Été détruit par les forces anglo-françaises en 1860. En 2017, 11 graines de lotus anciennes ont été trouvées sur le site de Ruyuan, dans le sud-est du Jardin du Printemps Eternel. Après une culture soignée par des experts de l'Académie chinoise des sciences, 6 graines de lotus ont germé avec succès après avoir été semées et se sont à nouveau épanouies au Yuanmingyuan cet été. Depuis le 31 juillet, le Yuanmingyuan vend des glaces au lotus, dont 50 000 ont été écoulées en moins d'un mois.